Company Logo  
Edgar-Great-Dane.com
 
 
Grand Danois ou Dogue Allemand
 

Standard pour le Grand Danois

Le Grand Danois (Dogue Allemand)
Des chiens de grande taille qui lui ressemblent sont connus depuis le début de la période historique. Des sculptures sur des tombeaux égyptiens remontant à 3000 ans avant notre ère représentent de tels chiens et on a trouvé une pièce de monnaie grecque datant de 500 ans av. J.-C. à effigie à tête de chien très semblable.
Forts et alertes, les chiens de grande taille étaient utilisés par les Celtes et les tribus germaniques comme chien de guerre et pour chasser le gros gibier.  On affirme que la race était déjà établie en Grande-Bretagne avant la conquête romaine et que les Romains les ramenèrent avec eux à Rome pour s’en servir comme chiens de combat.
Même si Buffon et Linné, naturalistes du XVIII ième siècle qui étudièrent la race, considèrent qu’elle est originaire du Danemark, les Allemands affirment qu’elle provient de leur pays. Bien sûr, la  race fut développée en Allemagne. Dans ce pays, on la nomme Deutsche Dogge  (Dogue Allemand)  et elle fut proclamée race nationale en 1876. Depuis le Moyen Âge, la noblesse allemande avait utilisé le Dogge pour chasser le sanglier et protéger les terres. On raconte qu’en 1592 le duc de Brunswick se présenta à une chasse avec une meute de 600 Grands Danois mâles !
La race figura pour la première fois dans une exposition à Hambourg, en 1863, mais ce ne fut qu’en 1888 que le premier club fut fondé en Allemagne. Les amateurs britanniques de Grands Danois font remarquer avec fierté que la fondation d’un  club semblable en Grande-Bretagne eut lieu six ans plus tôt.
L’animal fit son apparition aux Etats-Unis au milieu du XIX ième siècle. Un des premiers propriétaires fut le fameux William «Buffalo Bill » Cody. La race fut exposée pour la première fois en 1877 sous le nom de Dogue sibérien ou Dogue d’Ulm. On raconte que les premiers sujets à être exposés étaient féroces, ayant été importés directement de propriétaires allemands qui les utilisaient comme chiens d’attaque. Il est tout à l’honneur des éleveurs américains d’avoir transformé la race en un chien de tempérament égal possédant toujours son instinct de protecteur, sur une période de vingt ans. Les experts s’accordent pour dire que de nos jours les meilleurs sujets au monde sont élevés en Amérique du Nord.
Onze Grands Danois figuraient au premier Livre d’origines publié en 1888-1889 par le Cercle  canadien du chenil.

STANDARD

Aspect général : Haute stature, distinction, dignité, force, élégance, proportions harmonieuses, musculature fine et puissante. Ce géant parmi les chiens est unique par sa constitution générale si bien équilibrée qu’il n’apparaît pas lourdaud mais élégant : il s’agit de l’Apollon des chiens. Audacieux, courageux, amical et sûr, il n’est jamais timide. Cette combinaison de caractéristiques physiques et mentales est à la base de la majesté typique du Grand Danois, à aucune autre pareille. On retrouve chez cette race un fort degré de masculinité chez le mâle, de féminité chez la femelle. Le mâle semble dans l’ensemble plus massif que sa compagne, avec une plus forte constitution et une plus grosse ossature. Dans le rapport longueur/hauteur, l’animal doit sembler le plus carré possible. Chez la femelle, le corps peut être légèrement plus long.
   Défauts : manque d’unité; timidité; mâles à allure féminine; musculature déficiente; mauvais développement osseux; mauvaise condition physique; rachitisme; femelles à allure masculine.  
Taille : hauteur au garrot : 76cm (30 po) pour le mâle; 71 cm (28 po) pour la femelle. Il est souhaitable que ces mesures soient dépassées pourvu que le corps soit bien proportionné à la taille. Une bonne ossature et une bonne musculature doivent équilibrer le tout.
   Défauts : sujet léger du genre Whippet; sujet lourd, trop gros; l’équilibre est toujours à noter.

 Robe : poil très court, épais, lisse et luisant.
   Défauts : Poil trop long (dressé); terne (signe de malnutrition, de mauvais soins et de présence de vers).

 Couleur :
Sujets bringés : fond variant du jaune pâle doré au jaune doré et toujours avec bandes transversales épaisses noires. Couleur d’autant plus attrayante que le fond  et les bandes sont intenses. Mouchetures blanches non souhaitables à la poitrine et aux orteils.
   Défauts : fond trop foncé; fond bleu argent ou bleu grisâtre; bandes ternes (délavées); bout de queue blanc.
Sujets fauves : du jaune doré au jaune doré profond avec masque très noir. Le jaune doré profond est à préférer.        
   Défauts : gris jaunâtre, jaune bleuâtre, bleu grisâtre, jaune sale (terne), absence de masque noir.
Sujets bleus : doit être bleu acier pur dans la mesure du possible, sans trace de jaune, de noir ou de gris souris.
   Défauts : toute variante du bleu acier pur.
Sujets noirs : noir luisant
   Défaut : noir jaunâtre, noir brun, noir bleu. Taches blanches, comme des stries à la poitrine, poitrine mouchetée et         taches aux pattes admises mais non souhaitables.
Sujets arlequins : fond blanc pur avec taches noires irrégulières et bien distribuées sur tout le corps; le cou blanc pur est    désirable. Les taches noires ne doivent jamais être assez grandes pour donner une apparence de couverture, ni être trop petites pour donner un effet de mouchetures. ( la présence de quelques petites taches grises est admise mais non souhaitable; il en est de même pour un fond blanc pur avec taches noires qui sont remplacés par un fond blanc avec des poils noirs individuels donnant une impression de sel et poivre ou de saleté).
   Défauts : fond blanc avec quelques taches; fond blanc avec poils individuels gris bleuâtres.
 
Tête :  longue, étroite, distinguée, expressive, finement sculptée, surtout sous les yeux (ce qui signifie que le plan du crâne sous l’œil et au coin intérieur de l’œil doit être oblique sans protubérance osseuse pour atteindre gracieusement une mâchoire bien carrée), avec un stop très marqué. La masculinité du mâle se voit très bien à l’expression et à la structure de la tête (cette subtile différence doit se voir chez le mâle au crâne massif et à la profondeur du museau); la tête de la femelle peut être plus délicate. Vu de profil, le front doit brusquement s’éloigner de la base du museau. Le front et la base de ce dernier doivent être droits et parallèles. Vue de devant, la tête doit sembler étroite, avec une base de museau très large. Les muscles des joues doivent ressortir légèrement sans jamais être trop prononcés.
 
Museau : Pourvu de bonnes babines et le plus vertical possible à son extrémité; angles de la lèvre assez prononcés. La portion antérieure de la tête, du bout de la truffe au centre du stop à l’occiput très peu développé. Vue de tous les côtés, la tête doit être bien découpée et présenter des plans plats bien définis; dimensions bien en proportions avec l’aspect général de l’animal.
   Défauts : tout écart des plans parallèles du crâne et du front; stop trop petit, mal défini ou absent; base du museau trop étroite; derrière de tête étalé latéralement en forme de coin (tête en biseau); partie supérieure arrondie (tête en forme de pomme); musculature des joues très prononcée; museau pointu; lèvres lâches pendantes recouvrant la mâchoire inférieure et donnant l’impression d’un museau très profond. Tête plutôt courte et distinguée que longue et sans expression.
 
Truffe : grande et toujours noire chez les sujets bringés et unicolores. Chez les arlequins, elle doit être noire, mais une truffe tachetée en noire est admise; le rose par contre n’est pas souhaitable.
 
Dentition : forte, bien développée et nette. Les incisives de la mâchoire inférieure doivent toucher légèrement au bas de la face interne des incisives supérieures (fermeture en ciseaux). Si les dents antérieures des deux mâchoires se rencontrent à égalité, elles s’usent trop rapidement.
   Défauts : dents se rencontrant à égalité; mâchoire inférieure trop longue ou trop courte; incisives mal alignées; dents noires ou brunes; dents manquantes.
 
Yeux : de grandeur moyenne, aussi foncés que possible, avec une expression vive et intelligente; paupières en forme d’amande, arcades sourcilières bien développées.
   Défauts : yeux pâles perçants, de couleur ambre, bleu pâle à bleu délavé, rouges ou fatigués; yeux de couleurs différentes; yeux trop distants; yeux de Mongol;  yeux avec conjonctive prononcée; avec paupière inférieure trop pendante. Chez les sujets bleus et noirs, les yeux plus pâles sont admis mais ne sont pas souhaitables. Chez les sujets arlequins, ils doivent être foncés. Yeux pâles, de couleurs différentes et de poisson admis mais non souhaitables.
 
Oreilles : attachées haut, pas trop distantes l’une de l’autre, de grandeur et d’épaisseur moyenne, fléchies vers l’avant près de la joue. La ligne supérieure de l’oreille fléchie doit être à peu près au niveau du crâne. Elles doivent être coupées, attachées haut, ne pas être trop distantes l’une de l’autre, bien pointues mais toujours en proportion de la forme de la tête et portées raides et droites.
   Défauts : repliées sur le côté comme chez le Fox-Hound.
 
Cou : il doit être ferme et sec, attaché haut, bien arqué, long, musclé et sinueux. Se rétrécissant légèrement de la poitrine à la tête, il doit être bien formé et posséder une nuque bien développée.
   Défauts : Cou court, lourd, avec plis pendants (fanon).
 
Membres antérieurs : l’omoplate doit être forte et oblique; vue de profil, elle doit tendre à former un angle droit à l’articulation avec l’humérus (bras supérieur) de façon à permettre une longue foulée. La ligne du bout supérieur de l’épaule à l’arrière du joint du coude doit être le plus perpendiculaire possible. Puisque tous les chiens n’ont pas de clavicule, les ligaments et les muscles retenant les omoplates à la cage thoracique doivent être bien développés, ferme et solides pour que les épaules ne soient pas lâches. Bras supérieur fort et musclé. Vue de profil ou de devant, les puissants bras inférieurs sont très droits pour aller rejoindre les joints des paturons. Vue de devant, les pattes et les bases des paturons forment des lignes perpendiculaires au sol. Vue de profil, la base du paturon est  légèrement inclinée vers l’avant.  Pieds ronds tournés ni vers l’intérieur ni vers l’extérieur. Orteils courts, bien arqués et bien serrés. Ongles courts, forts et aussi foncés que possible.
   Défauts : épaules verticales, ce qui survient si l’omoplate n’est pas assez inclinée; fléchissement trop grand; épaules lâches, ce qui survient si la musculature n’est pas suffisante ou si le coude est tourné vers l’extérieur; épaules chargées. Coudes tournés vers l’intérieur ou vers l’extérieur; les coudes tournés vers l’intérieur sont souvent dus à une poitrine trop étroite ou pas assez profonde qui fait rapprocher les pattes antérieures en faisant dévier vers l’extérieur  la portion inférieure de la patte. Les coudes tournés vers l’extérieur sont dus à une trop grande séparation des pattes antérieures, avec la base des paturons et les pieds habituellement tournés vers l’intérieur. Vu de profil, un fléchissement important du paturon vers l’avant révèle une faiblesse très souvent reliée à des orteils étirés et étalés (pieds étalés); vu de profil, arc vers l’avant dans l’avant-bras     (patte de chaise); protubérance excessive à la partie antérieure du joint du paturon. Orteils étalés (pieds étalés), fléchis, longs (pieds de lapin); tournés vers l’intérieur ou vers l’extérieur; ongles de couleur pâle.
 
Corps : le garrot constitue le point le plus haut du dos qui s’affaisse légèrement vers le rein, lequel est à peine arqué et fort. Dos court et fermement tendu. Par poitrine, on entend la partie du thorax (cage thoracique) située devant les pattes antérieures et les épaules. Elle doit être assez large, profonde et bien musclée. Les côtes et le poitrail constituent la partie du thorax située à l’arrière des épaules et des pattes antérieures. Ils doivent être large. Côtes bien sorties à partir de l’épine dorsale et aplaties sur les côtés pour permettre un bon mouvement des épaules; elles atteignent le joint du coude. Ventre bien formé et solidement musclé, formant avec la portion postérieure du thorax une courbe gracieuse vers le haut.
   Défauts : dos affaissé; en selle; dos de chameau ou convexe;  ligne de dos trop haute à l’arrière; dos trop long. Poitrine étroite et mal musclée; sternum prononcé et protubérant (poitrine de pigeon). Cage thoracique étroite (côtés plats); arrondie (tonneau); peu profonde n’atteignant pas le joint du coude. Ventre mal relevé.
Membres postérieurs : croupe pleine, légèrement affaissée et se poursuivant de façon imperceptible jusqu’à la base de la queue. Cuisses (du joint de la hanche au genou) des pattes postérieures larges et musclées. Jambe (du genou au joint du jarret) fortes et longues. Vu de profil, le fléchissement de la cuisse par rapport au corps, de la jambe par rapport à la cuisse et de la base du paturon par rapport à la jambe doit être très léger, sans donner l’impression d’une patte droite ni trop angulée. Vus de derrière, les joints des jarrets semblent parfaitement droits et bien dans l’axe. Pieds ronds, et bien dans l’axe. Orteils courts, très arqués et très serrés. Ongles courts, solides et aussi foncés que possible.
   Défauts : croupe trop étroite; trop affaissée; trop étroite. Pattes postérieures : lâches, molles, cuisses mal musclée; jarrets de vache découlant d’un joint de jarret tournés vers l’intérieur et du pied postérieur tournés vers l’extérieur;  pattes cagneuses découlant de joints de jarrets trop distants; derrière trop vertical. Vu de profil, le derrière vertical est le résultat d’angles de la patte postérieure donnant presque une ligne droite; un fléchissement trop prononcer découle de trop grands angles entre la cuisse, la jambe et le jarret, ce qui entraîne invariablement une faiblesse chez le sujet. Les pattes postérieures ne doivent jamais être trop longues par rapport aux pattes antérieures.  Orteils étalés (pieds étalés); orteils arqués, long (pieds de lapin); orteils tournés vers l’intérieur ou vers l’extérieur. Aussi, cinquième orteil des pieds postérieurs placé trop haut et avec l’allure d’un ergot de loup; ongles très longs; ongles pâles.
 
Queue : plantée haut et suffisamment épaisse à la racine pour s’effiler en pointe à son extrémité au niveau du joint du jarret. Quand le chien est au repos, elle descend droite; légèrement recourbée (comme un sabre) quand l’animal est en mouvement ou excité.
   Défauts : plantée trop haut ou trop bas (la racine de la queue est placée en fonction de la pente de la croupe); trop longue ou trop courte; trop recourbée vers le dos (en anneau); bouclée; croche (déviée latéralement); portée trop haute au-dessus du dos (gaie); frangée (poil trop long sous la queue). Il est défendu d’écourter la queue à la longueur désirée.
 
Allure : foulée longue, facile et déliée, sans mouvement de roulement ou de soubresauts du corps. La ligne de dos doit se déplacer avec grâce parallèlement au sol. L’allure du Grand Danois doit exprimer force et puissance. Les pattes postérieures fournissent de bonnes impulsions. Les pattes antérieures se déplacent dans l’axe avec grâce. L’animal décrit sur le sol deux droit parallèle.
   Défauts : foulées courtes. Arrière-train oscillant. Pattes antérieures évoquant un trotteur (foulée saccadée ou forcée). À grande vitesse, l’animal ne doit pas trotter car cela entraîne un mouvement de roulement latéral excessif du corps et a pour effet de réduire l’endurance de l’animal.
 
Défauts : énumérés ci-dessous selon leur importance (très sérieux, sérieux, mineurs) et leur ordre de présentation dans chacun de ces groupes n’a aucune signification :
Très sérieux : absence d’unité corporelle. Mauvais développement osseux. Musculature déficiente. Sujet léger du genre Whippet. Rachitisme. Timidité. Mâle à allure féminine. Dos ensellé. Dos de chameau. Jarrets de vache. Allure oscillante. Foulées courtes. Mâchoire inférieure courte.
Sérieux : mauvaise condition physique. Lourdeur. Toute variante de couleur par rapport au standard. Plans du crâne et du devant de la face non parallèles. Tête au coin. Stop mal défini. Base de museau étroit. Museau pointu. Yeux non foncés chez les sujets fauves et bringés. Yeux de Mongol. Dents absentes. Mâchoire inférieure longue. Cou lourd. Cou court. Fanon. Poitrine étroite. Cage thoracique étroite arrondie, peu profonde. Épaules lâches, trop inclinées. Coudes tournés vers l’intérieur. Pattes de chaise (antérieures). Protubérance antérieure au joint du paturon (chez l’adulte). Bases de paturons faibles. Dos affaissé, trop long. Dos haut à l’arrière. Chez les sujets arlequins, truffe rose. Ventre mal relevé (sauf chez les femelles qui ont déjà mis bas). Croupe trop droite, trop inclinée, trop étroite. Fléchissement trop prononcé. Derrière trop abrupte. Pattes postérieures trop longues. Cuisses mal musclées. Pattes arquées. Pieds tournés vers l’intérieur; pieds de lapin. Ergot de loup. Allure de trotteur.
Mineurs : Femelle à allure masculine. Petites taches blanches à la poitrine et aux orteils chez les sujets bleus, noirs, bringés et fauves. Quelques taches grises et poils foncés individuels chez les sujets arlequins. Poil très long, très terne. Tête en pomme. Faible stop. Lèvres flottantes. Yeux trop distants. Paupières inférieures affaissées. Conjonctives. Couleur des yeux non foncée chez les sujets noirs, bleus et arlequins. Dents décolorées. Dents se rencontrant `égalité. Poitrine de pigeon. Épaules chargées. Coudes tournés vers l’extérieur. Pieds étalés. Ongles très longs. Ongles pâles (sauf chez le sujet arlequin).Queue plantée bas. Queue trop longue, trop courte, gaie, bouclée, déviée latéralement, frangée.
 
Caractéristiques entraînant la disqualification : Taille inférieure au minimum. Sujets blancs sans tâches noires (albinos). Merle, couleur gris souris unie ou fond gris souris avec taches noires ou blanches ou des deux couleurs ou fond blanc avec taches gris souris. Sujets arlequins et de couleur unie chez qui  une grande tache semble s’étendre sur tout le corps de façon à ce que seuls les pattes, le cou et le bout de la queue sont blancs. Sujets bringés, fauves, bleus et noirs : présence d’une ligne blanche sur le front, d’un collier blanc, de long bas blanc et d’un ventre blanc. Sujets avec taches prédominantes bleues, grises, jaunes ou bringées. Queue écourtée. Truffe fendue.
 


Points accordés par les juges :

CONFORMATION GÉNÉRALE

Aspect général

10

 

Couleur et taches

8

 

Taille

5

 

État de la robe

4

 

Solidité

3

30

MOUVEMENTS

Allure

10

 

Arrière-train (croupe, pattes, pieds)

10

 

Avant-train (épaules, pattes, pieds)

8

28

TÊTE

Conformation

12

 

Dents

4

 

Yeux (truffe et oreilles)

4

20

TORSE 

Cou

6

 

Rein et dos

6

 

Poitrine

4

 

Côtes et poitrail

4

20

QUEUE

2

2

 

TOTAL

100

 

 

 

 

 
© 2007 Edgard-great-dane.com